ASIC Ethereum: Le minage par carte graphique est-il mort ?

Par Décentraliseur 305 Vues Aucun commentaire
ASIC Ethereum: Le minage par carte graphique est-il mort ?

Depuis la sortie des ASICs Ethash de Bitmain, la plupart des mineurs d'Ethereum s’interrogent sur l'avenir de leurs RIGs: Faut-il s’intéresser à une autre cryptomonnaie ? Le minage va-t-il rester profitable ?

Ethash est un algorithme proof of work qui a tout d'abord été développé pour Ethereum en 2015, et qui équipe maintenant un bon nombre de cryptomonnaies. Depuis maintenant trois ans, son mode de fonctionnement particulièrement intensif sur les composants mémoire l'a rendu invincible face aux machines ASIC. Cette spécificité a permis aux cryptos Ethash d'assurer leur décentralisation tout en étant plus profitables aux mineurs.

ASICs Ethash : La fin du minage GPU ?

Bitmain et ses compétiteurs ont défié la communauté Ethereum en annonçant des machines ASIC destinés aux cryptomonnaies les plus hostiles à ce genre de matériel. 

Tout d'abord, on a eu le Dash - basé sur l'algorithme X11 - qui a été conçu pour être résistant aux ASICs. Le principe de X11 repose sur une itération de 11 algorithmes différents, ce qui rend la conception d'ASICs plus difficile. Cette stratégie n'a pas fait long feux car l'Antminer D3 a pu voir le jour, ce qui considérablement baissé la rentabilité du minage X11.

Instoppable, c'est contre toute attente que Bitmain dévoile son ASIC Ethash. Cette fois-ci, le gain de performance n'est pas très important comparé aux cartes graphiques. Son avantage va plutôt se trouver sur le coût d'achat et la facilité d'installation.

Ethereum va-t-il subir le même sort que Dash ?

Miser sur la flexibilité

Vous l'aurez compris, l'algorithme qui résiste à 100% aux ASICs est probablement une course sans fin. C'est ce qu'en ont déduit les développeurs de Monero: le seul moyen de faire face à ces machines est de changer régulièrement l'algorithme de hashage pour que les ASICs existants soient voués à partir à la poubelle. Répétez le processus deux fois par an et vous obtiendrez une cryptomonnaie belle et bien résistante au matériel spécialisé dans un algorithme précis.

Monero a déjà forké son algorithme il y a peu de temps, et les résultats sont surprenants: la puissance de calcul du réseau a chuté de 30%.

Capture du 2018-04-13 20-03-46.png
Capture du 2018-04-13 20-03-46.png

Cette purge du réseau peut s'expliquer de deux manières:

  • Les logiciels de cryptojacking qui ont cessé de fonctionner
  • Les ASICs Cryptonight de Bitmain qui ont été rendus obsolètes

Monero est connu pour intéresser un grand nombre de pirate. En fait, c'est l'une des cryptos les plus rentables au minage par processeur (si on ne compte pas l'énergie consommée !) grâce à son algorithme CryptoNight. Les ordinateurs étant tous équipés d'un processeur, le virus qui mine silencieusement du Monero aura alors plus de cibles potentielles pour en tirer du profit.

L'autre explication de cette baisse de hashrate sont les fermes de Bitmain. Ayant le monopole sur les ASICs, il n'est pas improbable que Bitmain exploite l'efficacité de ses nouveaux Antminers plusieurs mois avant leur vente au grand public, ce qui lui donne un avantage sur le hashrate global. On pourrait donc estimer qu'un nombre considérable d'ASICs cryptonight aient été rendus obsolètes. Du moins, pour Monero.

D'autres projets cryptonight ont suivi le mouvement de Monero, comme Sumokoin.

Que miner en 2018 ?

Si la tendance actuelle persiste et que les investisseurs gardent leur intérêt pour les cryptomonnaies anti-ASICs (celles qui s'opposent continuellement aux machines dédiées), alors ces dernières relèvent de bonnes opportunités. Monero et Ravencoin sont de bons exemples.

En revanche, on ne peut pas vraiment dire que l'Ethereum soit anti-ASICs. Initialement, son architecture a été pensée pour, mais aujourd'hui les développeurs ne considèrent pas la lutte contre les ASICs comme une priorité face à la conception de Casper (ce projet fera d'ailleurs l'objet d'un article dans peu de temps).

Cela signifie que la majorité de la puissance de calcul Ethereum risque d'être engloutie par les ASICs, jusqu'à l'implémentation de la seconde phase de Casper (le passage en PoS).

Pourquoi les cryptomonnaies anti-ASICs ont-elles de l'avenir ?

  • Une meilleure valorisation: comme expliqué plus haut, l'ajout d'une résistance aux ASICs peut être précédé d'une hausse du prix grâce à l'intérêt qu'y portent les mineurs et les investisseurs
  • Une plus faible difficulté de minage, grâce à la mise à l'écart des machines ASIC
  • Un réseau mieux décentralisé: les ASICs font l'objet d'un monopole considérable par les constructeurs comme Bitmain et les mineurs industriels. En plus d'éloigner les risques d'attaque du réseau, il ne faut pas oublier que la décentralisation est un des principe clé des cryptomonnaies

Et si les ASICs étaient rentables ?

Si les ASICs ont le mérite de consommer moins d'énergie que les cartes graphiques pour une puissance de calcul équivalente, le coût d'investissement de départ est très souvent au dessus de la barre des 1000 €. Un autre paramètre à prendre en compte est l'obsolescence de ces machines:

  • Utilisables pour un algorithme unique: les profits de l'utilisateur dépendent totalement de l'évolution de cet algorithme. Un danger à prendre en considération, surtout dans une période où de plus en plus de cryptos luttent efficacement contre ces machines
  • Une faible durée de vie: de nouvelles versions toujours plus performantes sont produites régulièrement, ce qui rend le minage ASIC extrêmement compétitif
  • Le matériel est difficile à revendre après utilisation car il perd vite sa valeur

Que pensez-vous de l'avenir du minage ? Les développeurs arriveront-ils à lutter contre les sommes astronomiques dépensées par les constructeurs ASIC ?

Qu'en pensez-vous ?

Ces articles pourraient vous intéresser